Que devient le placenta après l’accouchement ?

Le placenta est un organe qui permet de nourrir le fœtus pendant la grossesse.

Il se sépare du reste du corps après l’accouchement et est éliminé par les voies naturelles.

Le placenta est constitué de trois parties : une partie centrale, le cordon ombilical, et deux membranes, l’une adhérente à la paroi utérine et l’autre au fœtus.

La récupération du placenta

La récupération du placenta est une pratique qui consiste à extraire le placenta après l’accouchement. Elle permet de réduire les risques d’infection, et de favoriser la cicatrisation des poumons et du cœur du fœtus.

La récupération du placenta est un acte qui se déroule en plusieurs étapes. Dans un premier temps, on procède à l’expulsion du placenta, lequel peut être expulsé par voie vaginale ou par voie abdominale (césarienne).

Le cordon ombilical est ensuite coupé et la vessie évacuée.

Le même geste est effectué pour le cordon ombilical et la vessie, puis on procède au nettoyage des organes internes ainsi que des poumons et du coeur du fœtus. Enfin, on suture les paupières afin de permettre à l’enfant de respirer tout seul.

Il ne faut pas confondre la récupération nommée « récupération d’un bienfait » avec la récupération appelée « régénérative ».

La première implique que le corps garde en mémoire le don reçu durant la grossesse, en conservant un bon état physique général alors que ce n’est pas le cas pour la seconde. On distingue différents types de régénératives :

  • Les cellules souches
  • Les cellules embryonnaires
  • Les cellules embryonnaires humaines

Que devient le placenta après l'accouchement ?

Les soins du placenta

Le placenta est la partie du fœtus qui se développe à l’intérieur de l’utérus de la mère.

Il est essentiel pour le fœtus, car il constitue une source importante de nutriments et d’oxygène.

Notre conseil de lecture :   10 façons d'être un parent plus présent

Le placenta a également un rôle actif dans le soutien du bien-être et du développement physique de votre bébé.

  • Maintient la température et répartit les hormones
  • Protège contre les infections
  • Résorbe après l’accouchement, ce qui permet au bébé d’avoir assez de place

Le traitement du placenta

Le placenta est une substance blanchâtre, qui sécrète par le corps de la femme enceinte.

La composition du placenta varie selon l’espèce animale.

Le placenta humain contient des hormones et des cellules spécifiques qui assurent le développement fœtal et la croissance de l’enfant.

Les bienfaits du placenta ? Le placenta peut être utilisé dans différents domaines thérapeutiques, notamment dans le domaine cosmétique ou encore même en tant que complément alimentaire.

Il est également possible de récupérer les substances utiles au développement de l’enfant pour fabriquer un produit à base de plantes médicinales. De nombreux produits à base de plantes médicinales ont été créés grâce au placenta, tels que des baumes, des gels hydratants ou encore des lotions hydratantes. Des huiles essentielles ont aussi été inventés à partir du sang du cordon ombilical. Une étude menée par le Professeur Sperling a montré qu’un extrait provenant du sang du cordon ombilical possède une activité anti-œstrogénique remarquable, ce qui permet d’envisager son utilisation comme traitement pour les troubles liés aux œstrogènes chez la femme adulte. D’autres recherches ont permis d’identifier certaines protéines présentes dans les cellules souches du sang du cordon ombilical, capables d’augmenter la production naturelle durant plusieurs mois après avoir était transplantée chez un individu adulte.

La conservation du placenta

La conservation du placenta a pour objectif de conserver le placenta après l’accouchement. Cette pratique consiste à faire sécher et à stocker le placenta dans un réfrigérateur ou dans une glacière, afin que celui-ci soit conservé pendant quelques jours.

La mise en place de cette pratique est très fréquente au sein des communautés africaines et amérindiennes qui croient aux vertus du placenta.

Notre conseil de lecture :   10 façons d'être un parent plus présent

Le fait de conserver le placenta après la grossesse peut être très bénéfique pour la mère et son bébé. En effet, le placenta contient plusieurs nutriments (protéines, vitamines, minéraux…) qui permettent au nouveau-né de grandir rapidement.

Il permet également de réduire les risques d’infections urinaires chez les jeunes filles en cas d’accouchement par voie naturelle. En outre, conserver le placenta permet aussi de protéger sa valeur symbolique.

Le fait de garder ce morceau organique donne une valeur sentimentale et affective à l’enfant. De plus, certains spécialistes pensent que la conservation du placenta peut avoir des effets positifs sur la femme durant la grossesse et après l’accouchement ; elle permettrait notamment :

  • D’assurer une bonne croissance physique du bébé
  • De favoriser le développement psychologique du nouveau-né
  • De renforcer les liens entre la mère et son enfant

L’utilisation du placenta

Le placenta est une mince couche de tissu qui entoure le fœtus durant la grossesse.

Il constitue une source riche en éléments nutritifs et joue un rôle important dans l’évolution du fœtus. Cependant, il sert aussi à un certain moment dans la vie du bébé.

Les futures mamans choisissent souvent de conserver leur placenta pour le garder comme souvenir ou parce qu’elles croient qu’il peut être utile pour la guérison de certains maux chez le bébé.

La plupart des femmes pratiquantes d’une tradition africaine conservent toujours le placenta après l’accouchement, car elles pensent que cela peut les aider à accoucher sans douleur et à nourrir rapidement le nouveau-né. Mais ce rite ne doit pas se faire sans connaître les risques associés au retrait du placenta avant l’accouchement.

Le placenta peut causer des infections pendant la grossesse, il est donc nécessaire que les femmes enceintes soient informées sur les effets de son retrait avant l’accouchement.

La disposition du placenta

Le placenta est un organe qui se forme au cours du deuxième trimestre de grossesse.

Notre conseil de lecture :   10 façons d'être un parent plus présent

Il s’agit d’une poche qui relie l’embryon à la paroi utérine, et qui permet le développement du fœtus.

Le placenta est constitué de différentes parties : le chorion, l’interplacentaire et les membranes amniotiques.

Le chorion est la partie visible du placenta, tandis que les autres éléments se trouvent à l’intérieur.

Il existe plusieurs types de placentas :

  • Le placenta prævia
  • Le placenta praevia
  • Le placenta accreta

La signification du placenta

Le placenta est le tissu qui relie la mère à l’enfant.

Le placenta est un organe unique dont les fonctions sont nombreuses.

Il a pour rôle de fournir au fœtus tous les nutriments et les minéraux nécessaires à son développement, et ce jusqu’à la naissance du bébé. Ce dernier est composé de trois parties principales : le chorion, qui constitue l’enveloppe externe, le cordon ombilical et des membranes internes.

Le placenta contribue également à protéger le fœtus des infections en filtrant les virus et bactéries contenues dans l’organisme de sa mère. Enfin, il participe à l’apport en oxygène vers le sang du bébé grâce aux vaisseaux sanguins qu’il présente dans son intérieur.

Le placenta est une véritable usine qui fabrique les hormones de la grossesse, notamment l’hormone hCG (gonadotrophine chorionique humaine). Après l’accouchement, le placenta continue de produire cette hormone et cela pendant plusieurs mois après l’accouchement. Cette hormone permet aussi d’éviter les nausées et vomissements chez la mère.